N.B

Formulaire type de renseignements pour l’achat d’une maison, à deux. Premières lignes à compléter: Nom de l’acquéreur Nom de jeune fille du co-acquéreur En novembre 2015, tout va bien.

Manuel

Un groupe de diplomates déjeune à la cantine d’un Ministère. L’un d’eux parle de sa collègue, accessoirement sa supérieure, qui est “insupportable” et “hystérique” en ce moment, qui lui donne plein de travail. En plus, elle se met en colère et change d’avis tout le temps. Un camarade de tablée lui répond d’un ton compréhensif : “Elle doit être dans sa mauvaise période”, classe! Quelle serait la scène en genres inversés? Quel aurait été le vocabulaire?

Clotilde

Petite robe en coton, petites sandales marrons. Trente cinq degrés, le soleil au rendez-vous, ma mère et moi décidons d’aller à la gare afin de faire développer quelques photographies puis pourquoi s’arrêter boire un verre. Nous arrivons à la gare, le prochain bus est prévu dans une vingtaine de minutes, nous développons les photos et je décide d’aller attendre le bus car plus aucune place en terrasse. Au moment-même ou nous descendons les escaliers, un homme d’une trentaine d’années me sourit et me dis “toi tu ne peux pas sentir des pieds c’est certain”. Étonnée et un peu amusée (je vous avoue) par cette phrase que je le regarde et lui demande “c’est quoi ce super compliment ?”, cet homme s’est alors énervé (allez savoir pour quelles raisons) m’a dit que j’étais je cite “une sale paysanne” puis il a commencé à s’en aller comme si de rien n’était, normal non? J’ai remonté les escaliers et lui ai demandé pourquoi il me disais cela mais il s’est mis (forcément) à m’insulter et me dire mot pour mot “ferme ta gueule sale paysanne moi je suis pas un paysan.” Vous pouvez tout de même remarquer sa répartie de fou! Je pense que monsieur n’as pas supporté que je lui dise qu’il me manquait de respect car il est parti une seconde fois mais je l’ai suivi et lui ai dit de ne pas partir, il s’est alors approché de moi, j’ai eu le temps de lui dire qu’il n’avait aucun respect et que c’était minable de parler à une femme comme cela, bien évidemment il m’a dit “j’en ai rien à foutre que tu sois une femme” et moi je l’ai applaudis haut et fort devant tous ces passants, je lui ai dit bravo, bravo pour cette lâcheté, cette bêtise humaine. Bêtise humaine que j’ai retrouvé en constatant que personne ne bougeait, tout le monde me regardait mais pas un mot, pas un geste. Quand l’homme est parti un homme qui avait assisté à la scène me dit: “Vous savez madame ça arrive”. C’est quoi cette génération où il n’y a plus de respect, où les femmes qui se font insulter et considérer cet acte de “normal”? Il faut que les choses changent, il faut que les mentalités changent.

Moriarty

Mon ex-copain m’a dit quelques mois après qu’on se soit séparés qu’il n’avait pas voulu qu’on se remette ensemble car j’étais une prude. La raison de ce qualificatif? En deux mois de relation je n’ai pas couché avec lui. Être vierge à 18 ans et vouloir prendre son temps en 2014 semble être un problème de pudeur excessive et austère…

Laurence

7h30 le matin, je passe devant un camion sur lequel 2 ouvriers sont assis sur le pare-choc arrière. En passant, l’un d’eux me dit : “bonjour mon bébé!”. Je m’arrête net, je lui dis: “pardon?” Un peu gêné (ou ne voulant pas d’ennui…) il me répond: “j’étais en train de chanter”…. J’ai répondu: “d’accord”, ce que sous entendait, ne me prends pas pour une débile. Peut être la prochaine fois, il fera attention….

Pauline N.

Dimanche dernier, mon amie déménageait. Elle avait loué un lift avec deux déménageurs. L’un des deux avait l’âge d’être mon père. Il m’a suivi à la cave pour évaluer ce qu’il y avait et m’a suivi de tellement près que j’ai eu peur. J’ai bien vu dans ses yeux que si nous avions été seuls il n’aurait pas hésité longtemps avant de me sauter dessus. J’ai réussi à garder mes distances, mais je suis restée muette, et depuis j’ai honte et je m’en veux de n’avoir rien pu dire.

CollègeCathoBonjour!

En quatrième, je rentrais du cours de sport avec une amie, un groupe de garçons nous suit en me criant de me déshabiller, de montrer mes seins. Le “leader” du groupe: un garçon avec lequel j’ai fait tout mon primaire. Devant la répétition de ces insultes toutes les semaines je me plains au collège avec mes parents en disant que je ne veux plus y aller. La réponse du CPE: “ce n’est pas vraiment une agression, tu peux prendre sur toi”.

E.B

J’était en cours d’éducation civique au collège. On parlait du droit de vote pour les femmes. Une fille avait été interrogée sur la date (on avait une fiche avec des informations) et elle prenait un peu de temps a répondre. C’est la que le professeur a jugée bon de dire: “Avant de voter, il faudrait deja réfléchir.” Et c’est l’éducation civique qui est censée nous apprendre à être de “bon citoyens”…

Anonyme

Alors que je prenais le RER, qui était a cette heure-la plutot vide, un homme s’est assis en face de moi pour me demander le terminus de ce train. Je me suis levée pour lui indiquer le panneau avec les indications sur le quai puis je me suis rassise a un autre endroit. Il s’est assis a nouveau en face de moi. Puis j’ai remarqué qu’il se masturbait. En me regardant, il avait sorti son pénis et l’agitait devant moi. J’avais 12 ans.

Anne

“Comme on est des vrai filles, on va utiliser une ficelle violette!” C’est au programme, France 2, le 2 juin 2015